Le mercredi 6 mai 2015, dès son arrivée à Libreville, le Docteur Gurib-Fakim, chercheuse émérite considérée au niveau international comme l'une des pionnières des recherches sur les vertus thérapeutiques des plantes africaines, a visité l'Arboretum de Sibang qui abrite des spécimens de la forêt équatoriale et répertorie la plupart des arbres commercialisés du Gabon.

Durant cette visite menée par le Docteur Bourobou, Directeur de l'Institut de Pharmacopée et de Médecine Traditionnelle (IPHAMETRA), notre invité a encouragé les Chercheurs présents à bien conserver et documenter leurs travaux de recherches afin qu'ils soient utilisables à l'échelle internationale.

Le lendemain, le jeudi 7 Mai, le Docteur Gurib-Fakim a animé une conférence à L'INSG, intitulée «L'importance de la biodiversité tropicale : pourquoi il faut valoriser les recettes de nos grands-mères».

Dans un langage fluide, la conférencière a su faire entendre raison aux étudiants sur l'intérêt de préserver les richesses de la flore locale et l'importance de l'utilisation des plantes pour se soigner à travers la validation des recettes de grand-mère qui peuvent guérir des maux tels que le diabète, le paludisme et l'hypertension.

«Nous savons que sur nos sols poussent des plantes aux caractéristiques particulières et que les anciens s'en servaient pour se soigner. Mais lesquelles utilisaient-ils ? Quelle était leur carte d'identité chimique ? Nous ne le savons pas et ce sont des connaissances qui nous échappent car, il n'y a pas de transmission», a-t-elle déclaré.

Ensuite, dans l'après-midi, notre invité a animé une deuxième conférence dans les locaux Shell de Libreville sur le thème: ''Science, Technologie et Innovation : Nouvelle Agenda pour un Nouvelle Période''.

C'est devant un parterre d'invités de premier plan, notamment le Dr. Lee White de l'Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN), le Pr. Frank Idiata du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (Cenarest), le P-DG Godson Njoku et autres représentants d'institutions internationales d'aides au développement, que la conférencière a présenté la nécessité, pour les pays africains de s'approprier le potentiel de leur biodiversité, et de la mettre en valeur, afin d'assurer leur propre développement économique.

«En effet héritière d'une tradition orale, les connaissances exceptionnelles de nos aïeux sur les vertus thérapeutiques des plantes ont difficilement  été conservées, faute d'archivage…. Pourtant un large éventail de médicaments vendus dans le monde sont fabriqués à base de plantes africaines, mais le continent n'en tire rien», constate-t-elle.

Ainsi, elle a encouragé les Gouvernements africains à breveter leurs connaissances et leurs découvertes au profit de leurs propres économies. Selon la lauréate du prix Oréal Unesco 2007, le marché mondial des plantes aromatiques et médicinales est estimé à environ $ US 64 milliards. Plus de 35 000 plantes sont utilisées dans des industries comme la pharmacie, la phytothérapie, l'herboristerie, l'hygiène… Préserver la biodiversité constitue donc la meilleure manière de garantir, de façon durable, la productivité et la stabilité des systèmes écologiques qui fournissent les biens et services nécessaires à notre vie quotidienne.

Enfin, le Docteur Gurib-Fakim a terminé sa visite le vendredi 8 mai en discutant avec les femmes de Shell présentes à Libreville, pour un partage d'expériences sur comment concilier sa carrière et sa vie privée en tant que femme. Une rencontre  qui a permis aux femmes présentes d'avoir quelques conseils  sur l'équilibre entre succès professionnel et une vie privée réussie.

S'arrimant à la vision de Shell Gabon qui consite à être le partenaire le plus innovant et compétitif du secteur de l'énergie pour le Gabon, les Conférences Shell ont pour but de fournir au public, des éléments d'appréciation sur divers sujets liés à la Science et au Développement Durable.